Danke schön, Merkel!

Je viens d’entendre le président de la république s’exprimer sur le problème de la Grèce. Merde, ça fait mal, de penser à gauche, et de supporter cette démonstration brillamment menée de langue de bois.

Les grecs vont encore voir leurs salaires et leurs pensions baisser! La récession est déjà là, cette crise, qui n’est qu’un nouvel avatar de la lutte des classes, va enrichir ceux qui le sont déjà, et appauvrir un peu plus ceux qui ont osé, un jour, exiger un mieux.

Et comme l’extrême droite, avec ses nervis abrutis, organise en plein jour des battues à l’étranger, il ne manquera plus qu’une nouvelle dictature militaire pour mater tout ça!

Je pars bientôt en Crète, pour la dernière fois peut-être. Je vais boire encore plus d’Uzo, de vin blanc et de raki… Sans oublier le café grec. L’Europe doit son nom à la Grèce. Ingrate!

Et F. Hollande lénifie… J’ai un peu honte, là.