Tout fout le camp…

Air connu, n’est-ce pas?

On vient d’apprendre – et même la presse en parle, c’est vous dire l’inquiétude –  qu’un chinois vient d’acheter un domaine viticole à Gevrey-Chambertin.
8 millions d’euros, le chèque, hein, faut pas brader…
Et tout le monde de se lamenter, et de pousser des hauts cris devant cette déliquescence, cette déchéance même: Notre vignoble est vendu aux étrangers, quelle horreur.

Personne, en revanche, ne pose cette question pourtant essentielle: Un chinois a acquis un vignoble français, une partie de notre patrimoine, contre du  bel argent, soit, mais un étranger quand même. D’accord. Mais… QUI le lui a vendu?