Allez les filles!!!

Lu dans Courrier International:

Une jeune Iranienne réprimandée par un mollah pour sa tenue indécente a roué l’homme de coups, l’envoyant pour trois jours à l’hôpital, rapporte l’agence Mehr. La scène a eu lieu à Shahmirzad. L’hojatoleslam Ali Beheshti, en route pour la mosquée, croise une jeune femme à laquelle il demande de se couvrir la tête. Celle-ci lui répond de se couvrir les yeux, avant de le rosser d’abondance. “Elle m’a jeté au sol, je n’ai pas compris ce qui passait après. Elle me frappait, elle m’insultait, témoigne le religieux. Je n’ai pas voulu la poursuivre personnellement, mais si les autorités veulent s’emparer de l’affaire, je n’y vois pas d’inconvénient”, a déclaré le mollah tabassé.

Alors là, voyez-vous, quand je lis des nouvelles comme celle-ci, je jubile. Enfin les abrutis psychopathes se font traiter comme ils le méritent. Un obsédé de la quequette rossé par une nana, j’adore!

The show must go on, girls!

Bon, je prends mon tour…

Pour le concours de Ndoshta…

Elle suçait avec lenteur
Application et impudeur
Le morceau d’os mouillé et rond
Dégoulinant de sa salive
Et gras de son jus de cuisson.
J’aurais voulu être chapon
Pousser une chanson plaintive
A la gloire du muscle rond
Qui me faisait grand jouisseur
Mais un chapon manque de cœur…

Pétasses

Assez parlé de chiens… Un politique a parlé il y a peu de gays femelles. Pauvre type… C’est l’animal politique qui va attirer mon attention aujourd’hui, et plus particulièrement l’animal politique femelle. Là, on peut dire « femelle », puisqu’on est dans l’étude zoologique.

Deux cas, pris sans hasard: Mme Lamblin, et Mme Pulvar.

Deux menteuses, deux beaux spécimens de cette caste qui nous prend vraiment pour des billes.

Lamblin a planqué chez elle des milliers d’euros à l’origine douteuse ou stupéfiante. Elle nie, avouant « simplement », comme si c’était moins grave, une tentative de planquer du fric au détriment du fisc. Merde alors! Un gosse qui pique dans les poubelles d’un supermarché va se faire cogner par les vigiles, ou pire encore, passer au tribunal… Et cette pétasse trouve pas grave de planquer 30 000 euros aux impôts. Le prolo, lui, ne paie pas d’impôts (du moins il le croit), ou son patron, le pauvre, déclare directement ce qu’il gagne. Il ne peut rien planquer, le prolo. D’ailleurs, que pourrait-il dissimuler, après avoir payé les intérêts sur son découvert bancaire?

Cette faussaire dirige en outre un site de vente par internet de petits objets destinés à réjouir quelques organes féminins. Mais attention, hein, c’est du caoutchouc « bio ». Ben oui… Les piles, elles sont bio aussi? En plus, il arrive à ce site de ne pas livrer les jouets payés par ces dames. Il figure à ce titre en bonne place sur un blog spécialisé dans la chasse aux arnaques…

Une élue du peuple qui se comporte de telle façon, est-ce respectable? Non. ça mérite des baffes.

Une autre? Officiellement, celle-là ne fait pas de politique. Quoique… Elle n’était pas la dernière à remettre à sa place un JF Copé (je l’aime pas celui-là, oh que je l’aime pas!)… Mais ce n’est pas mon sujet.

La dame porte des lunettes. En écaille de tortue. L’histoire ne dit pas si on voit mieux avec de l’écaille de tortue sur le pif… Et voilà qu’un journal publie un article dans lequel on indique le prix de ces merveilles: 12 000 euros.

Et Mme Pulvar de répondre quelque chose du genre « ouah l’aut’, eh, n’importe quoi, elles coûtent pas ce prix là, mes lunettes! ».

Un « Canard » bien connu a vérifié. Elle ne ment même pas, Mme Pulvar. Elle se fout tout simplement de notre gueule, et nous prend, elle aussi, pour des billes. Ses lunettes n’ont pas coûté 12 000 euros. Elles ont coûté 15 000.

Et là, coincée, la dame affirme sans rire ni honte qu’elle fait ce qu’elle veut de son argent…

Là encore, le prolo qui a du mal à changer ses lunettes ou celles de ses gosses se dit qu’il y a des coups de pied au cul qui se perdent.

Je me le dis aussi.

Et le prolo se rassure en se répétant qu’il aura sa place à la droite de Dieu, au royaume des cieux, et que ce qu’il souffre sur terre est destiné à le rendre meilleur…

Le prolo se rassure en se souvenant qu’il est « plus facile à un chameau de passer par le chas d’une aiguille qu’à un riche d’entrer au royaume des cieux »…

Paix et amour…

Bism’Allah Al Rahim Al Rahman…

Enfin, je crois que ça s’écrit comme ça, mais je ne suis pas sûr: des arabes, je ne connais que je jeu d’échecs, et des musulmans le Coran et surtout, surtout, la sourate « des femmes ».

Là, je vais me faire mal voir? Bon, la caricature ne montre pas la barbe du prophète… Je me rassure…

Clébards, le retour…

Je n’ai pas tout dit! Cette histoire édifiante est tirée de la Genèse, inspirée à son rédacteur par Dieu sur le mont Canigou…

Devant le succès incontestable de sa création, Yahvé se dit dans sa grande sagesse qu’il manquait à l’homme un compagnon dévoué. Il convoqua tous les chiens de la terre à un grand raout, au cours duquel il prit la parole…
Un grand silence se fit, car les chiens, à cette époque, parlaient. Et tous écoutèrent ce message divin:

« Je vous ai fait venir pour vous informer de ma Volonté. J’ai décidé de faire de vous l’ami le meilleur et le plus fidèle de l’homme, et ça se vérifiera dans l’avenir. Un seul exemple: Si un homme s’en va faire ses courses en enfermant dans le coffre de son 4×4 sa femme et son chien, en plein soleil, pendant une heure, à son retour, lequel des deux lui fait la fête? »

Bien entendu aucun chien n’avait la réponse, puisque le créateur n’avait pas encore donné le 4×4 à l’homme. Il s’était contenté de lui faire un gros sexe, ce qui évitait les frustrations, et les aphorismes lapinesques du style « petite queue, grosse voiture… »

Mais je diverge.

Dieu continuait: « Vous préfèrerez vous faire battre par votre maître plutôt que de vous faire caresser par un autre, j’ai essayé de donner cette qualité à la femme, mais elle n’en a pas voulu cette garce, et vous serez surtout… » Et prououttt! A cet instant précis, dans l’assistance, un chien péta. Un pet distinct, long en bouche, je veux dire bien articulé, parfaitement audible. Et Yahvé entra dans une grande colère…

« Lequel d’entre vous a fait ça? » Tonna-t-il de sa grosse voix courroucée. Personne ne se dénonça, aucun chien ne désigna son voisin de la patte; à cette époque les chiens ne connaissaient pas les charmes de la délation, ce qui aurait pu inspirer bon nombre de français en 1942, mais ceci est une autre histoire…

Devant cette fronde muette, mais plutôt et surtout teintée d’une peur légitime, Yahvé prononça cette sentence: « Puisque c’est ainsi, dès ce jour je vous prive de la parole. Vous vous contenterez d’aboyer, et de gueuler pour faire chier les voisins, tout en répandant vos déjections partout, puisque vous ne pourrez plus non plus les enterrer! De plus, je ne vous redonnerai la parole que lorsque vous m’aurez désigné le coupable! Que cela soit écrit, et accompli! »

… Et depuis, les chiens passent leur temps à gueuler, et à se renifler le cul pour savoir lequel d’entre eux a osé péter devant Yahvé, béni soit Son nom!

Clébards…

La réponse de Bruno m’inspire…

Il y a en France 6 millions de clébards. Des gros, et des petits, sachant, mais ce n’est pas mon propos, que plus ils sont petits plus ils sont hargneux et gueulards.
Imaginons… Un calcul simple nous amène à une moyenne de 100 grammes de merde par jour. Donc 600 millions de grammes de merde. En chiffres, ça donne 600 000 000 de grammes. 600 000 kilos. 600 tonnes… Par jour, répandus, sous l’oeil attendri des maîtres et maîtresses, sur nos trottoirs.

600 tonnes par jour. 6000 tonnes en dix jours… 18 000 tonnes par mois… J’arrête là! Vous imaginez la hauteur du terril, si on regroupait tout ça?

Enfin, quand je dis terril, c’est inexact. Je devrais écrire « merdil »…
18 000 tonnes… Bordel de crotte!