Ce qui m’emmerde le plus…

Oui, ce qui m’emmerde le plus, dans l’élection cantonale de Brignoles, dont on nous fait tout un plat, sur la nécessité d’aller « au combat dans l’u-nion », sur le score « in-quié-tant » du parti fasciste de service, ce qui m’emmerde, donc, décidément, est ce côté manipulation, qui nous éloigne de la constatation essentielle.

Avec 66,7% d’abstentions, il y a eu, a contrario, 33,3% de votants, comme ils disent. Et je ne parle pas des votes blancs. Le guignol arrivé en tête avec 40,7 % des voix a donc obtenu, en fait et arithmétique simple, 33,3 x 0,407 = 13,55% du corps électoral.

Avec ce nombre minable, il va pouvoir se prétendre « élu du peuple »!

Nom d’une bite de bordel à cul, quand ces salauds qui se prétendent « démocrates » vont-ils enfin avoir l’honnêteté de respecter une de leurs promesses: Reconnaître la validité du vote blanc comme suffrage exprimé?
Car dans ce cas, personne, je dis bien personne, ne pourrait se prétendre « élu ».

C’est simple, non?

Ce qui m’amène à reformuler une vérité cruelle: La différence entre la dictature et la démocratie, c’est que quand le citoyen s’exprime, la dictature répond « ferme ta gueule », et la démocratie répond « cause toujours ».

Publicités

5 réflexions au sujet de « Ce qui m’emmerde le plus… »

  1. En Belgique, le vote est obligatoire et il n’y a pas de « séance de rattrapage » – tout se joue sur un seul tour de vote (que les français sont compliqués!!!).

    Pour le reste, c’est comme chez vous : cause toujours … (avec aussi sa part de ferme ta gueule – slaapt uw mondt, en flamoutche)

    • C’est pour ça que j’aime bien les belges. Je serais pour ce vote obligatoire. Le vote blanc serait reconnu, et personne ne serait élu si ce vote blanc réunissait plus de 50% des voix. Quel beau ménage ça ferait! Mais je rêve, là…
      Et même si pour le reste c’est un peu comme chez nous, je me souviens tout de même avec un certain délice que vous, amis belges, avez fort bien vécu sans gouvernement pendant plus d’un an, je crois. Non seulement « ils » se foutent de nous, mais en plus, « ils » ne servent à rien!

  2. Un calcul intéressant…moi ce qui m’inquiète le plus, c’est cet absentéisme galopant.
    Blanc, nul, vert, rouge, rose, bleu marine, il faut voter. La démocratie n’a de valeur que si l’on se saisit de la parole, avec un bulletin de vote.
    Bonnet blanc, blanc bonnet…Moi je vois encore quelques nuances et je choisis, même si aucun ne me convient totalement et de loin.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s