Le mépris

Nouveau film européen, avec dans le rôle titre, Jean-Claude Juncker, professeur émérite en fraude fiscale, et allié objectif des mouvements d’extrême droite du vieux continent.

Bande annonce:

juncker

Publicités

Heu-reux!

Six millions de chômeurs, une montée des inégalités, une politique de droite assumée avec arrogance, un peuple désorienté, sans envie d’avenir, une Europe faite contre les européens, et quoi?

Un beau sourire, de satisfaction béate… Pitoyable, consternant, pour ne pas dire plus.

francois-hollande-repart-en-campagne_3913921_1000x500

Brexit: On parie?

Avant deux ans, les grands bretons revoteront.

Et ils opteront à une écrasante majorité pour rester dans l’union européenne.
Le travail a déjà commencé, de tous bords.
Et ce ne serait que justice pour nos amis écossais et irlandais.

Et nos dirigeants, à la botte de la haute finance et du capitalisme le plus débridé, continueront de se moquer des peuples, dont l’avis ne compte pas.

Pensons au rêve de Brecht: « si le peuple vote mal, changeons de peuple! »

On y va?

En Europe, bien sûr…
Alors, dans ce cas, plutôt que de morigéner ces affreux « populistes », dont Hollande se sert encore comme repoussoir, il faudrait se décider à faire l’Europe, la vraie, celle des peuples, au service des peuples.
Et pas ce monstre qui leur impose une austérité utile pour les seuls banquiers et employeurs voyous. Pas cet espace où est organisée la concurrence entre pays, par le biais du dumping fiscal, et entre travailleurs, au travers du dumping social.
Alors… Un smic européen, c’est possible, si on le veut! Et nous le voulons!
Un impôt sur les sociétés au taux unique en Europe, c’est possible, si on le veut. Et nous le voulons!
Une protection sociale européenne, c’est possible, si on le veut. Et nous le voulons!
Quand donc les Juncker, Hollande, Merkel, Gattaz, et tous les autres, vont-ils enfin se décider à entendre, et cesser de nous prendre pour des attardés stupides juste ouverts aux discours des « populistes »?
Ce n’est pas Marine le Pen qui nous aidera. Mais ce sont les comptables qui sont au pouvoir depuis des décennies en Europe qui ont fait le lit pour ses théories. C’est à croire qu’ils l’ont voulu!

Honte, honte sur ces olibrius!

 

 

Bism’Illah, etc… etc…

Extrait de presse:

Larossi Abballa a par ailleurs affirmé aux policiers avoir « prêté allégeance » au chef du groupe jihadiste Etat islamique il y a trois semaines et connaître la qualité de policier de l’homme qu’il a tué lors des négociations avec le Raid.« Au cours de ces négociations avec le Raid, le tueur a indiqué être musulman pratiquant, faire le ramadan et il a précisé qu’il avait prêté allégeance trois semaines plus tôt au commandeur des croyants de l’Etat islamique, Abou Bakr al-Baghdadi. Il a ajouté avoir répondu à un communiqué de cet émir qui demandait, je cite, de +tuer des mécréants, chez eux avec leur famille+ », a indiqué le procureur de Paris François Molins, au cours d’une conférence de presse.

Décidément, je n’aime pas ces abrutis.

Pour Emmanuel Macron

C’est vrai, il faut être poli avec un ministre. Mais on peut quand même lui donner une petite leçon d’empathie sociale…
Alors voilà, monsieur le ministre (les minuscules sont volontaires), un petit rappel à la modestie, qui ne nuirait pas à la tenue de votre beau costard.

Le Chant des Canuts

Pour chanter « Veni Creator »
Il faut avoir chasuble d’or.
Nous en tissons
Pour vous, gens de l’église,
Mais nous pauvres canuts,
N’avons point de chemises.
Nous sommes les Canuts
Nous allons tout nus.
Pour gouverner, il faut avoir
Manteau et ruban en sautoir.
Nous en tissons
Pour vous, grands de la terre,
Mais nous pauvres canuts,
Sans draps on nous enterre.
Nous sommes les Canuts
Nous allons tout nus.
Mais notre règne arrivera
Quand votre règne finira.
Nous tisserons
Le linceul du vieux monde,
Car on entend déjà la révolte qui gronde.

Nous sommes les Canuts
Nous n’irons plus nus.

Leonard?

Ce que j’aime, dans ces inondations, c’est la leçon de service public:

Chez Vinci, on encaisse les péages et on se fait des couilles en or.

Quand l’eau déborde, c’est l’armée et les pompiers, ces affreux fonctionnaires, qui viennent au secours des coincés, parce que là, les actionnaires de Vinci sont absents.

On privatise… Et ce qui reste d’agents publics compense la carence du service.

Et il y a encore des cons pour penser (s’ils pensent) que l’avenir est dans la privatisation.

Ex fonctionnaire, je me marre!