T’es pompette?

Non, chère Lola. Mais j’ai fait comme d’habitude, depuis ta première exposition: Souviens-toi, en rentrant chez toi, on s’ouvrait une bouteille de champagne…
Bon, ben là, j’ai fait pareil.

Je commence à entamer ta part. Mais c’est ta faute, il ne fallait pas me laisser seul.

Je ne la finirai pas, je te le promets. Quoique…

Publicités

13 réflexions au sujet de « T’es pompette? »

  1. A Lola, à Morgane, à toutes ces femmes belles, éblouissantes et intelligentes que nous aimons et qui nous manquent tant.
    Ce soir, je cherche dans les étoiles.
    Bientôt je pars à Lausanne.
    Demain je sourirai. Ce soir il est trop tard pour l’ombre d’une esquisse. La nuit est calme, la lune veille aux trois quarts. L’herbe brille, mon coeur vrille. Mon dieu comme c’est dur.
    Mon dieu, c’est qui celui-là ?
    Douces pensées

        • Pleure, Lo. Laisse-toi aller. Les larmes, ça sert à ça. A nous persuader qu’on est vivants, et que les partis pensent à nous. Je t’en prie, Lo, il faut vivre. Pour le Bailey’s, tu as raison. Et si le tabac peut te soulager… Mais le peut-il? Le tabac ne calme pas le stress, il l’entretient.
          Fais attention. Mais de quoi je parle, moi qui ai tant fumé, et qui suis encore tenté?
          Je sens ton chagrin, qui me semble insondable. Si j’étais là, je t’offrirais mon épaule. C’est tout ce que je peux faire. Je t’embrasse.

          • Dodo. J’ai poussé ma tondeuse sur 1 000 m2 aujourd’hui. À chaque jour suffit sa peine. Mais ça m’a fait du bien de gueuler un bon coup sur l’Ankou et de partager cet instant. Merci Jean-Paul et bonne nuit.

        • Et puis, tu sais, moi aussi j’ai du chagrin. Et je sens que tu es un peu dans la même situation que moi. La médecine m’a refilé des antidépresseurs… Tu parles. Le chagrin, ce n’est pas une dépression. C’est du chagrin, un point c’est tout. Et seul le temps peut l’estomper. La pharmacopée n’y peut rien.
          Le chagrin fait partie des ressentis qui nous appartiennent en propre. Il faut s’en faire un bon compagnon, c’est le seul moyen, je crois, de l’adopter, et de repartir en confiance vers la vie que nous ont laissée ceux ou celles qui nous ont quittés. En retenant le souvenir ému des bons moments. Courage, encore… Bises à toi.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s